AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 KATHLEEN ♦ Je suis faites de la même matière que les rêves (a). terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: KATHLEEN ♦ Je suis faites de la même matière que les rêves (a). terminé   Lun 6 Sep - 19:42


Kathleen Anastasia Reagan

I THINK I'M READY
NOM • Reagan
PRENOM(S) • Kathleen
AGE • 20 ans
DATE DE NAISSANCE • 28 décembre 1989
LIEU DE NAISSANCE • Londres
PROFESSION • Etudiante en psychologie et en criminologie.
GROUPE • I THINK I'M READY



A CUP OF TEA
Je pense que le plus important dans une vie, la base de tout, c'est la famille. Après tout, c'est grâce à nos parents que nous sommes là, non ? Mes parents, je ne peux pas employer ce terme au pluriel, car je n'en ai qu'un. C'est mon père. Pourtant, j'ai eu une mère, quand j'étais petite. Je l'aimais beaucoup. Elle était tellement belle, avec ses jolies robes, ses grands yeux noirs et ses longs cheveux. Parait-il que je lui ressemble beaucoup, en tout cas, mon père me le répète tout le temps. Plus je lui grandis, plus je lui ressemble. Quand j'étais petite, je voulais tout faire comme elle, je l'admirais, c'est logique, c'était ma mère. En plus, elle était très belle. J'étais petite quand elle a disparu du jour au lendemain, j'avais 6 ans. Elle est partie sur un coup de tête, c'est à dire m'abandonnant moi, sa fille unique, et son mari, autrement dit mon père. D'ailleurs, mon père était content d'avoir une fille. Une fois, quand j'avais huit ans, il m'a avoué être content de ne pas être tout seul, car il n'aurait sûrement pas supporté d'être tout seul. Il faut dire qu'il s'est beaucoup posé sur moi après le départ de ma mère ... J'ai travaillé très tôt, j'ai fais de tout : le journal, les mascottes, les pizzas, pompomgirl en surplus, baby-sitting, cours particuliers, vendeuse dans un magasin de surgelé, ... J'ai commencé à l'âge de 10-11 ans. Mon père bossait de moins en moins, il était toujours distant, distrait, et pensif. J'étais proche de lui quand j'étais petite, mais depuis la disparition de maman, il avait changé du tout au tout, et il se laisser completement allé, je savais qu'au fond, derrière cette apparence négative, il était ravagé par le chagrin, alors, quel que soit mon âge, c'était mon devoir de l'aider à remonter la pente. Seulement, j'avais beau faire tout ce qui était en mon pouvoir, je n'arrivais à rien changer. Dieu sait que j'ai essayé. Je m'occupais de tout. Du ménage, des courses, de la cuisine. Je suis d'ailleurs devenu un véritable cordon bleu, à ce qu'on dit. Je ne lui repprochais rien. Même si il me parlait mal, même si il était de mauvais poil du matin au soir, même si il lui arrivait très souvent de ne pas aller au boulot. Je lui en ai jamais véritablement tenu rigueur, et j'essayais de m'occuper de lui tout en m'occupant de moi, je faisais moi maximun pour le preserver. Je grandissais, je continuais mes études, et je me couchais parfois très tard. Entre m'occuper de mon travail, de mes petits boulots, de mes études, de mon père, et de la maison, j'en venais à ne plus m'occuper de moi. Mais tant que j'arrivais à gérer le reste, ça m'importait peu, je dois l'avouer. J'ai grandis comme ça. Mon père m'aimait beaucoup, je le savais, cela dit, il ne me le montrait jamais, et il n'avait aucun signe de reconnaissance, bien au contraire, plus le temps passait, plus ça empirait, mais j'encaissais. J'étais petite, mais je comprenais déjà très bien, et c'était devenue une habitude, un quotidien, j'arrivais à gérer. Je rapportais de l'argent à la maison en grandissant parce que, mon père, avouons le, n'a pas vraiment aidé ... Il n'allait quasiment jamais à son boulot, alors forcément, ce qui devait arriver arriva : il fut viré. J'avais 14 ans à cette époque. 13 ans avait déjà été un âge difficile pour moi, j'entrais dans l'adolescence en gros. Je travaillais trois fois plus car, visiblement, cela ne l'atteignait pas, il s'en fichait, et n'était pas très motivé à chercher un autre travail. Il s'était résigné dans l'alcool, le tabac, et la télévision. Il en devenait agressif, sans vie, et rude. Je ne l'avais jamais vu comme ça et maintenant que le cauchemar avait commencé, je ne savais plus quelles méthodes employer pour l'aider et le faire revenir à l'état normal. J'étais impuissante et je detestais ce sentiment car j'avais vraiment l'impression que c'était ma faute. Un jour, je rentrais très tard après avoir enchainé mes études, et deux travails en fin d'après-midi, sans compter que je m'étais levé à 4 heures du matin pour m'occuper de la maison. Il était 23 heures, je longeais une rue assez inquiétante, le chemin le plus court pour rentrer chez moi, j'étais fatiguée et je mourrais de faim. Je ne me rappelle pas grans chose. J'avais 15 ans. Je me souviens juste d'un sentiment de rapidité : en moins de deux j'étais plaquée contre un mur. J'essayais de crier, mais je n'y arrivais absolument pas. Je bougeais comme je pouvais, mais je n'avais pas de force, j'ai toujours été comme ça, et quel que soit ma motivation, l'homme qui me tenait fermement les bras sur le mur était beaucoup trop fort, beaucoup trop grand pour moi. J'ai vraiment eu peur à ce moment là. Il m'avait scotché quelque chose sur la bouche, je n'arrivais pas à m'en défaire, et aucun son ne sortait de ma gorge. Je me sentais tellement mal, les 10 minutes étaient passé très lentement comme si c'était les dernières de ma vie. Il m'avait retiré ma veste, arraché un bout de mon tee-shirt, on ne voyait encore rien, mais à présent il était bien trop décolté. Je ne me souviens plus comment, mais dans un dernier élan d'espoir, j'ai déplacé mon genoux avec toute la force qu'il me restait, et il était tombé à terre dans un cri de douleur. Après deux secondes où je suis resté figé, j'ai pris mes jambes à mon cou, et j'ai détalé dans la rue. Je ne me suis pas arrêté avant d'être à l'intérieure, enfermé dans ma maison. Je sentais pour la première fois une douleur sur mon visage. Je posais ma main sur ma joue : du sang. Je jettais un oeil dans le miroir, j'étais un peu amoché. Je suis monté dans la chambre, je me suis laissé glissé contre la porte et j'ai pleuré, pleuré, et pleuré, je me sentais sans protection. Mais à partir de ce moment là je me suis rendu compte que je ne pouvais pas compter sur les autres pour me défendre. J'ai donc décidé de le faire moi-même, car je ne compter pas me laisser abattre loin de là. J'ai mit trois ans à apprendre le Taijitsu, une sorte de sport de combat basé sur les mouvements défensifs. C'était dur, surtout pour une fille sans force comme moi, mais mon agilité et ma rapidité m'a beaucoup aidé. On m'appellait souvent le petit chaton : aucune force, mais agile et qui sait retomber sur ses pattes. J'ai grandis comme ça. Mon premier amour ? Il est décédé et je ne veux pas en parler. C'est quelque chose que je n'aime pas aborder. Mon père, au fil du temps, commençait à devenir violent. Il ne me battait pas vraiment, mais il n'était plus doux du tout, je ne le reconnais plus comme un père, mais comme un individu âgé, alcoolique et pervers avec qui je vivais en colocation, qui me faisait peur au point que j'en avais le ventre noué lorsque je rentrais, peur de ce qui allait m'arriver ou peur de découvrir la nouvelle bétise qu'il avait faite à la maison, pendant que je bossais dur pour subvenir à nos besoins, une bétise que je devrais réparé dès que j'arrivais et qui allait sans doutes me prendre toute la soirée. Je suis devenue assez forte à partir de ce moment là. J'avais une vie assez basique et assez répétitive. A mes 18 ans, j'ai voulu quitter la maison. Je voulais faire des études de psychologie dans la criminologie, mon rêve, et, parcourir le monde, faire ce que j'avais envie, être libre. Seulement, je ne savais pas comment me détacher de mon père : non seulement je ne savais pas si il me laisserait partir, mais en plus je me sentais coupable de l'abandonner malgré l'homme excécrable qu'il était devenu. J'étais dans une impasse, je suis une fille assez loyale et qu'importe la situation, un père reste un père. Je me sentais coupable de vouloir partir. Seulement, le destin m'a donné ce qu'on appelle un petit coup de pouce. Un coup de pouce assez étrange et original, à vrai dire. Un samedi matin, il était 7 heures, je dormais profondémment dans la chaleur de mon petit lit, tranquillement, lorsque j'ai entendu un grand bruit. Quelqu'un était entré ! Quelqu'un, que dis-je, il y avait beaucoup de bruits de pas. Sans que je sache ce qui m'arriver, des hommes de la taille de placard m'avait attrapé par le bras, me soulevant à deux comme si j'étais une plume, et ils descendaient les escaliers, me tenant à 50 centimètres du sol, sans que je sache ce qui m'arrivait. Je me débatais au bout de 3 minutes, mais ça ne servait strictement à rien. Je me suis retrouvée dans une voiture, une limousine noire, très chère j'imagine, entourée d'une dizaine d'hommes en costard noire, et moi, j'étais en pyjama ... Autant dire que c'était le moment le plus étrange de ma vie. Vous pouvez me comprendre, je pense. On m'a forcé à prendre l'avion, et durant une dizaine d'heure de vol, on m'a expliqué que j'étais l'héritière d'une famille la plus riche de Taïwa (petite île placée sous le gouvernement de la Chine, ma mère vient de cette île) et que ma mère avait du revenir au pays pour des obligations. En gros, j'étais la princesse d'une des familles les plus riches du gouvernement chinois ... Autant dire que ça m'a bien fait rire. Mais lorsqu'il ne voulait pas me croire quand je leur disais qu'ils se trompaient de personne, je dois dire que ça me faisait plus rire du tout ... Logique. Ma mère, une richissime femme de famille de haute société. Laissez moi rire. Je connais ma mère quand même. Enfin, en théorie en tout cas. J'essayais même de me débattre lorsqu'ils me tenaient fermement pour m'expliquer les détails de la vérité, mais pour moi, ce n'était pas la réalité, ce n'était pas possible. Une fois arrivée à destination, je n'arrivais pas à croire que j'étais en Chine ... Moi qui rêvait de voyage, malgré cette histoire loufoque, je me sentais comme au paradis. Heureusement qu'on m'avait donné de quoi me changer dans l'avion. Une robe ... Elle était tellement belle ! Mais j'ai vu l'étiquette de l'emballage ... 12 000 euros. J'ai faillit crier. Comment était ce possible ? ça existait vraiment, ce genre de prix exorbitant ? J'avais peur de la déchirer rien qu'en l'enfilant. Les escarpins qui allaient avec étaient magnifique, et je ne m'informais pas sur le prix pour ne pas avoir mal à la tête. Je dois dire que j'avais fière allure. Mais cela ne soulagea pas ma peur : j'étais avec des inconnus, qui m'avait fait traversé le monde entier pour aller rencontrer une famille que je connaissais pas et qui me prenait pour une princesse à des milliards d'euros perdu au beau milieu de Londres. Se rendait-ils compte qu'ils étaient malade ? Ou du moins, qu'ils faisaient une grande erreur ? Car non, ce n'était pas moi. Comment allait-ils réagir quand ils le découvriraient ? Me laisserait-ils croupir dans une rue malfamée de Chine ? Je commençais à me faire des tas de films. Mais en un rien de temps, j'étais arrivé dans un palace. Oui, un palace, je ne saurais pas qualifié cette demeure autrement. Quand je suis arrivé devant, je croyais que cétait un chateau de versaille ... Le jardin devait faire des kilomètres ! Et quand je suis arrivé dans l'entrée ... Rien que la première salle devait faire trois fois ma maison entière. Je me serais cru dans un film. La rencontre avec la fameuse famille. Apparement, pour eux, il était impossible qu'ils se soient trompé. De plus, ils avaient les larmes aux yeux en disant que je "ressemblais tellement à ma mère" ce genre de phrase, on me l'avait toujours dit, c'est pourquoi je fus destabilisé. Une bande de quatre garçons me firent visiter. Ces quatres garçons étaient, comme on m'a expliqué, les sucesseurs choisis. En gros, pour prendre la relève familiale, je devais me marier avec l'un d'eux, et vue que j'étais l'héritière, il deviendrait le successeur et s'occuperait des affaires des boites. C'était totalement dément. Cela prit une heure. Je ne peux dire combien il y avait de salles. Mais rien que la salle de bain principale représenter le rez de chaussée de ma maison. Même dans les films, je n'avais jamais vu ça. Et ma chambre n'en parlons même pas. Pourtant , je n'étais pas comme ça, ce n'était pas moi, la princesse, et je n'étais pas interessée. J'ai voulu m'enfuir, mais ça se revelait plus difficile que prévue. Car, dans un premier temps, je me suis perdue ... Et dans un second temps, la sécurité et les hommes de main m'ont ramené dans ma chambre. Ce n'était pas un palace, c'était une prison ! J'ai eu peur de tomber avec des fous qui m'avaient kidnappé ... J'ai du rester 1 an et demie dans cette maison. Visiblement, ils ne s'étaient pas trompé sur mon compte et je m'étais faite à l'idée d'être ce qu'on appelle une princesse. Et j'avais réussit à me detacher de mon père sans remords ... Je dois l'avouer, malgré mes apréhensions et mes idées de départ, je m'étais attaché à cette famille qui m'aimait beaucoup, et en plus, j'ai eu une relation amoureuse avec deux du groupe des successeurs ... Particulièrement d'un, dont je suis tombée follement amoureuse. C'était réciproque, et mon 'grand-père' voulait nous marier au plus vite. Mais je ne voulais pas de cette vie là, je voulais conquérir mon rêve, partir, faire des études de psychologue, apprendre différentes langues, parcourir le monde, retourner à Londres ... La vie de princesse n'était pas celle dont j'avais rêvé, et Sekime, l'homme dont j'étais amoureuse, le savait, ainsi que les trois autres, Nakatzu, Tsukasa et Takuma. On était devenu un bon groupe tous les 5 et je les adorais. Mais je ne pouvais définitivement pas être cette fille là. Seulement, je n'avais pas le choix. C'est là où ils sont entrés en scène. Ils ont décidé de m'aider à fuir. ça a été très laborieux, mais on y est arrivé. J'ai beaucoup pleuré de quitter cette famille et surtout mes 4 protecteurs et mon petit ami, mais je n'avais pas le droit d'avoir cette vie là, de plus, je devais conquérir mon rêve. Rester là-bas n'était pas dans mes priorités. Peut-être que je reviendrais, seulement les voir, de temps en temps. Cela m'a rendu énormément triste. Là-bas, mon prénom était Tomoyo, un prénom qui est resté gravé dans mon coeur. Mais à présent, je suis de retour à Londres et je fais des études de journalisme de psychologie et je me débrouille très bien. Tout ceci était ma vie, à présent, j'en écris une nouvelle page.

.



I'M STILL BREATHING
Bonjour à toi Londonien. Le moment est venu pour moi de me présenter. Je suis une jeune fille alors prosterne-toi. Jai 18 balais, ça gère hein ? C'est en flanant sur l'avenue de Acide Edulcoré, en tout cas je crois xD que je suis tombée sur FOL et je compte bien y revenir tous les jours. J'ai décidé de me dessiner avec les traits de Ashley Greene ♥. Car, oui, la belle m'a été reservée. (a) De plus, j'aime j'aime j'aime déjà ce forum ♥


Dernière édition par Kathleen A. Reagan le Jeu 9 Sep - 20:29, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: KATHLEEN ♦ Je suis faites de la même matière que les rêves (a). terminé   Lun 6 Sep - 20:03

    Haaaaaaaaaaaaaaaaaaan :<3:
    Bienvenue ma belle ♥.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: KATHLEEN ♦ Je suis faites de la même matière que les rêves (a). terminé   Lun 6 Sep - 20:34

Bon choix d'avatar
Welcome & bonne chance pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas
Everless-Bee Hawkins
londonien en chef
avatar

♦ Messages postés : 1177
♦ Star de l'avatar : AMBER LOVENESS HEARD♥
♦ Doubles-comptes : Rose-Dylhàan Marshall
♦ Pseudo : remembershall.

♫ meet me in halfway
♫ this is a new relationship:
♫ musique du moment: loca ♥ SHAKIRA

MessageSujet: Re: KATHLEEN ♦ Je suis faites de la même matière que les rêves (a). terminé   Lun 6 Sep - 21:28

GREENE
réserve moi un zoli lien ( aa )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ny-dream-school.forumperso.com/
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: KATHLEEN ♦ Je suis faites de la même matière que les rêves (a). terminé   Lun 6 Sep - 21:37

Bienvenue.
Bonne chance pour ta fiche.
Réserve moi un lien svp
parce que les prénoms et le nom + AGREENE, je suis en admiration. (aa)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: KATHLEEN ♦ Je suis faites de la même matière que les rêves (a). terminé   Lun 6 Sep - 22:01

Han la plus belle (aaa) bienvenue (:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: KATHLEEN ♦ Je suis faites de la même matière que les rêves (a). terminé   Jeu 9 Sep - 20:19

De si beaux vavas par ici
Femme de ma vie <33333 Merci
Heard I love you
Avec plaisir MEESTER :<3: un magnifique même <3
JONATHAAAN <3 quel bel avatar en plus
Avec grand plaisir, je t'en reserve un des meilleurs
BUSHIINETTE *o* Merci
Terminé. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: KATHLEEN ♦ Je suis faites de la même matière que les rêves (a). terminé   Sam 11 Sep - 19:00

Bienvenuuuuuuue, désolée du retard !!!!!
Amuse-toi bien surtout.
Réserve-moi un lien je t'en supplie Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: KATHLEEN ♦ Je suis faites de la même matière que les rêves (a). terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 

KATHLEEN ♦ Je suis faites de la même matière que les rêves (a). terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Suis-je simplement ici pour me remémorer un souvenir ? [Livre 1 - Terminé]
» Suis-je si seule dans ce si beau musée ? [Livre I - Terminé]
» CASSIOPEE ☼ Je suis faite de la même matière que les rêves ☼
» Noob, je suis un noooob!
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
à la faveur de london :: ♦ IMPORTANT :: présentations version une-